Text

Pionnier d’une musique africaine mondialisée, ce fils de pasteur camerounais a travaillé pour l’Unesco, a été journaliste et romancier. Populaire grâce à ses chansons satiriques, il déployait un éventail sonore infiniment riche, qu’il est temps de redécouvrir vingt ans après sa mort, alors que reparaît l’album “Dibiye”. (...)

Anne Berthod

la suite sur le site de Télérama